Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : GRANDS REVES
  • GRANDS REVES
  • : Ce blog se veut un lieu où partager au sujet des rêves et plus particulièrement des "grands rêves"... il se propose de recueillir ces derniers, d'en faire la collecte...Pour déposer un rêve, cliquez sur "contact" ci-dessous ou envoyez-le à undeuxtrois4@orange.fr Merci. ATTENTION : LE BLOG A DEMENAGE EN 2015
  • Contact

Profil

  • La Licorne
  • Autre blog (photos et citations) :
www.fabulo.blogspot.com
  • Autre blog (photos et citations) : www.fabulo.blogspot.com

Quelques précisions

Se pencher sur les "grands rêves"...drôle d'idée ? Pour quoi faire ? Pour se vanter d'avoir eu un rêve exceptionnel ? Non...surtout pas.

Mais plutôt pour retrouver parmi nous, gens soi-disant "civilisés" du 21 ème siècle, un peu de cette sagesse ancienne qui consiste à ne pas garder pour soi ce qui nous est "tombé du ciel" (ou du Soi)...

Chaque matin, les amérindiens commençaient leur journée en se racontant leurs rêves de la nuit...et ils avaient sans doute bien raison. Ils en tiraient de grands enseignements pour leur vie.

On dit qu'un rêve non recueilli, non interprété, est comme une lettre qu'on a reçue et qu'on n'a pas ouverte...Ouvrons donc ensemble notre "courrier" des profondeurs...et partageons les nouvelles !

Recherche

L'or des rêves

DSCF3866

Souviens-toi de tes rêves,

observe-les comme un territoire inconnu

car ils viennent des profondeurs de toi-même,

porteurs d'un conseil, d'un message

ou d'un avertissement.

.

Les rêves spirituels se distinguent

des rêves ordinaires

par l'intensité de leurs couleurs

et la force de l'émotion,

comme l'or se distingue du métal vulgaire.

Ils viennent dans un esprit

capable d'émerveillement,

qui regarde à l'intérieur de lui-même.

.

Sers-toi des rêves pour guérir, aimer

ou soulager ceux qui souffrent.

.

Sagesse amérindienne

.

Archives

Visiteurs

Carte

Map

 

Blogs Ou Sites À Visiter

5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 21:10

prendre le temps

 

PRENDRE LE TEMPS

 

Alors qu’autour de moi il y a course effrénée

A la guérison, à la réalisation ou à l’ascension

J’ai décidé de prendre le temps qu’il faut.

On dit que ça presse, allons, dépêchez-vous

Sinon quelque chose va nous tomber dessus...

 

Pourtant Mère Nature il me semble

N’a pas encore changé ses cycles.

La marée prend toujours six heures à remonter

Un bébé prend neuf mois à se former

Une graine prend le temps de germer

Un arbre ne se dépêche pas de pousser.

 

Tout ce qui désire monter très haut

Doit d’abord descendre très bas

Sinon lorsque vous vous croirez rendu

Tout l’échafaudage s’écroulera.

On saisit un concept à la vitesse de l’éclair

Mais c’est au rythme de la tortue

Que ce concept devient du vécu.

 

Il y a des étapes à toute démarche de croissance

On ne passe pas de la germination à la transmutation

Sans avoir incubé, digéré, assimilé, plongé dans ses profondeurs

Sans avoir appris à se confronter, à se vider, à se révéler.

Il faut toucher à la mort avant de pouvoir renaître

Pour faire peau neuve, il faut laisser aller l’ancienne.

Pour atteindre la lumière, il faut passer par le tunnel.

 

Ça va très mal ici-bas et on dit qu’il faut s’élever au plus vite

Pour ne pas être englouti par toute cette négativité qui monte

Mais le lotus, lui, pousse toujours dans les marécages.

Et si au lieu de s’élever pour atteindre

Le Dieu qu’on croit toujours là-haut

Il fallait justement le chercher

Dans ces endroits qu’on essaie d’éviter.

 

Prendre le temps…..

Prendre le temps d’écouter mon corps

pour apprendre à le guérir

Prendre le temps de toucher à la rage

avant de croire que j’ai tout pardonné

Prendre le temps de découvrir la haine

avant de penser que je sais aimer

Prendre le temps de ressentir ma tristesse

pour enfin trouver la joie

Prendre le temps de reconnaître mon ego

avant de m’imaginer l’avoir transcendé

Prendre le temps de devenir humain

au lieu d’essayer d’être divin.

 

Peut-être me sera-t-il alors donné de découvrir

Qu’il n’y a rien de plus divin

Que d’être tout simplement humain.

Carmelle Amara 

.

Repost 0
Published by La Licorne - dans Conseils pratiques
commenter cet article
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 19:06

Dariusz-Klimczak-014.jpg

 

Echange tes rêves avec tes amis,

raconte celui que tu viens de faire

si tu veux laisser une porte ouverte sur l'autre monde.

 

Deux amis qui échangent leurs rêves

communient par l'esprit 

en explorant le même territoire.

 

Ils se retrouvent autour du même point d'eau,

se penchent sur la même flamme.

Ils se comprennent pour la première fois.

.

"Préceptes issus de la sagesse amérindienne"

.

Repost 0
Published by La Licorne - dans Conseils pratiques
commenter cet article
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 19:39

Carnet de rêves - image ici

reve carnet-copie-1

 

POUR POUVOIR BIEN INTERPRÉTER LES RÊVES,

SE RAPPELER CES QUELQUES PRINCIPES :


1. « Il faut aimer le rêve !

Il n’y a pas de rêves stupides,

il n’y a que des gens insensés qui ne comprennent pas leurs rêves…

En interprétant le rêve, on décuple son pouvoir de guérison. »

 

2. Garder près de son lit crayon, papier ou enregistreuse.

Écrire le rêve dans ses grandes lignes au cours de la nuit,

puis le transcrire avec tous les détails dans son journal de rêves le matin.

 

3. Compléter la description du rêve par des dessins ou des peintures

représentant les points saillants, ou encore,

on peut résumer l’ensemble du rêve dans une seule œuvre visuelle.

 

4. Se donner une période de temps calme et suffisamment longue

pour interpréter le rêve.

 

      5. Scruter la structure dynamique du rêve,

établir le plus clairement possible les séquences qui le composent.

 

6. Constater les sentiments, les émotions et les sensations

que le rêve a suscité.

 

7. Inventorier les lieux, les personnages, les objets

et les autres symboles importants du rêve.

 

8. Noter les associations qui émergent par rapport aux symboles du rêve :

c’est qui/quoi pour moi, tel endroit, tel personnage, tel animal, tel objet, etc.

 

9. Explorer les amplifications des symboles principaux du rêve.

Celles-ci peuvent venir du langage populaire, des œuvres poétiques,

des mythologies, des religions, etc.

Par exemple : que représente pour moi le personnage d’Ariane,

la ville de Rome, une image de svastika, etc.

 

10. Chercher dans le rêve des éléments de compensation.

La plupart des rêves compensent une attitude psychique trop rigide, trop unilatérale.

Un exemple de Goethe : « Je me suis endormi profondément triste.

J’ai eu un rêve charmant. Je me suis réveillé frais et dispos. »

 

11. Chercher des éléments d’information –

« Le rêve ne nous dit jamais ce que nous savons déjà ».

 

12. Chercher des éléments de révélation, c’est-à-dire des renseignements

qui dépassent largement les limites de notre connaissance.

Par exemple : le rêve est-il prémonitoire, télépathique, etc ?

Les rêves peuvent nous dicter un roman, nous faire gagner le prix Nobel

ou inspirer toute autre réalisation de notre esprit.

 

13. Dans la grande majorité des rêves,

tous les éléments relèvent de notre monde personnel.

Tels des personnages qui évoluent sur une scène de théatre,

ils symbolisent tous les dimensions complexes

de nos réalités conscientes et inconscientes.

 

14. Si la plupart des personnages de nos rêves

doivent être interprétés dans le sens subjectif,

certains d’entre eux exigent une compréhension dite objective.

Si, par exemple, en rêvant à mon frère, le rêve le concerne,

sa personne ou encore ma relation avec lui, on fait une interprétation objective.

Si, par contre, les traits de caractère de mon frère représentent

une partie spécifique de moi-même, ce sera une interprétation subjective.

Si on n'est pas certain de la façon de comprendre le symbole,

il est préférable de faire deux interprétations parallèles :

une objective et une subjective.

 

15. Il faut passer en revue les événements de la journée qui précède le rêve,

aussi bien que les questionnements qui nous préoccupent ces derniers temps.

– Le rêve est presque toujours relié à notre vécu. –

« Les événements de la veille inspirent le rêve mais ne le déterminent pas. »

Par exemple, ce n’est pas parce que j’ai vu un film de monstres

que je vais avoir un mauvais rêve;

mais c’est plutôt parce que ces images de monstres

ont quelque chose à me transmettre

par rapport à mon monde intérieur, mes « monstres à moi ».

 

16. Tenir compte de la réduction phonétique, des jeux de mots

que les rêves utilisent pour transmettre des concepts complexes.

Par exemple, à la fin d’un rêve, le rêveur déclare :

« … et là je suis parti aux États-Unis ».

Cela veut dire à peu près que le rêveur retrouve

un état d’harmonisation intérieure.

 

17. Prendre en considération le diction Pars pro toto.

Cela veut dire qu’au sens symbolique, la partie fait allusion à l’ensemble.

Par exemple, une feuille peut représenter l’arbre, une plume d’oiseau, l’oiseau entier, etc.

 

18. Tout ce qui nous court après dans les rêves veut faire partie de nous.

Que ce soit un personnage ou un tigre, il s’agit, presque toujours,

d’une partie symbolisée de nous-même qui veut se manifester,

prendre sa place dans notre vie.

 

19. Ne pas céder à la réaction de l’intellect qui dénigre le rêve

ou qui prétend l’avoir compris au premier coup d’œil.

Un rêve mal interprété peut faire beaucoup de tort

il est préférable d’avouer que l’on ne comprend pas bien le rêve.

– Le débutant doit être particulièrement méfiant de ses premières interprétations.

Il y a risque que nous manipulions le message du rêve

pour qu’il corresponde à nos idées préconcues.

En plus, toute interprétation est une forme de projection

– mieux vaut en être conscient.–

Par ailleurs, une bonne interprétation suscite

une vague de contentement, une sorte d’approbation intuitive.

 

20. Malgré le fait que l’interprétation des rêves soit généralement difficile,

« si on tourne autour pendant un certain temps,

le rêve finira par révéler une certaine partie de son message ».

Par ailleurs, « le rêve est toujours, en lui-même, sa meilleure interprétation ».

Donc, toute tentative d’analyse ne pourrait dévoiler

qu’un certain fragment du contenu total.

 

21. Il est plus difficile d’interpréter ses propres rêves

– c’est comme si le message était écrit sur notre dos.

 

22. Quand le rêve se répète,
c’est que son message n’a pas été entendu ou compris.

Les rêves répétés sont souvent inquiétants. Ne pas en avoir peur !
Les cauchemars tant redoutés sont parmi les rêves
les plus importants, les plus utiles.

23. Les symboles sont multidimensionnels,

il est possible de les interpréter de bien des façons différentes

et quelquefois contradictoires.

Ils changent de personne en personne, mais aussi de rêve en rêve.

Un chien, par exemple, peut symboliser l’agressivité, le flair,

la fidélité, le guide intérieur, etc.

Prendre alors tout son temps

pour trouver la bonne signification du symbole

dans le contexte d’un rêve donné.

 

24. Toutefois, il y a un sens général pour certains types de symboles.

Par exemple, la maison, plus souvent qu’autrement,

se rapporte à la structure psychique du rêveur.

La voiture représente le moyen de cheminer dans la vie.

Les différents animaux signifient les aspects divers de la vie instinctive.

L’argent symbolise l’energie psychique.

La mer, la terre, la forêt, la nuit se réfèrent toutes

aux diverses facettes de l’inconscient.

 

25. Tout travail assidu avec les rêves nécessite

des dictionnaires de symbologie appropriés.

Parmi les meilleurs ouvrages actuellement disponibles en français,

je recommande : "Dictionnaire des symboles"

  de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant,

et "La symbologie des rêves" par Jacques de la Rocheterie.

 

26. Une fois qu’on a réussi à interpréter les différentes facettes d’un rêve,

il faut encore s’efforcer de donner une interprétation résumée,

si possible en une phrase.

 

27. En interprétant les rêves, il faut aussi se fier à son intuition.

« Si en interprétant un rêve, l’inconscient ne me donne pas un indice, je suis perdue.

Dieu merci, l’inconscient est intéressé à ce que le rêve soit compris. » (MLVF)

 

28. Chercher où va l’energie du rêve, l’énergie du symbole.

Cela aide à trouver l’association appropriée, la compréhension juste du symbole.

Les rêves cherchent à nous réveiller, à nous réorienter.

Ils insistent pour que nous nous occupions des blocages, des conflits

qui résident dans les profondeurs de notre âme.

Les rêves nous poussent à prendre conscience de nos réalités intérieures :

ils veulent que nous réalisions nos potentialités latentes.

 

29. Une fois que le rêve a été interprété et compris,

pour en tirer le maximum de bénéfice il faut le ritualiser,

en faire quelque chose de concret, pour que l’inconscient soit averti :

le rêve a été reçu, merci, il va être intégré, utilisé.

Le rituel implique une action concrète, avec le corps,

et non seulement avec la pensée.

Si le temps ou l’inspiration manque,

on peut allumer une chandelle ou faire le tour du bloc.

Le rituel doit toujours être imaginé par le rêveur, par la rêveuse.

Il doit venir de la même source que le rêve, de l’inconscient.

 

Par exemple, un rêve avait révélé à une femme qu’elle était inconsciemment

toujours amoureuse d’un ancien amant,

et que ce sentiment pouvait être la source

d’une tension constante dans son ménage.

En guise de rituel, cette femme s’est rendu au sommet d’une montagne

et a brûlé les plus belles photos de son amant d’autrefois.

Bien sur, il y a autant de rituels possibles qu’il n’y a de rêves.

 

30. On ne peut devenir un expert en quelques mois.

On peut cependant s’assurer un bon progrès

en profitant de toutes les occasions pour interpréter des rêves,

en lisant des ouvrages sérieux sur le sujet, et en faisant confiance,

à soi et surtout à l’inconscient.

 

(La plupart des idées évoquées ci-dessus ont été inspirées – sinon citées –

de Carl Jung et Marie-Louise Von Franz)

Principes développés 

par  Nicolas Bornemisza

 (voir  ici)

.

divan rêve

 

Sur le même sujet, je vous conseille aussi

ces deux excellents articles de Jean Gagliardi :


"Travailler le rêve"

et

 "Au-delà de l'interprétation"

.


Repost 0
Published by La Licorne - dans Conseils pratiques
commenter cet article
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 10:03

Plus tu accorderas d'importance à ta vie onirique,

plus elle te révélera ses richesses.

Cesse d'y penser, d'en parler et d'en rire,

et elle disparaîtra dans le non-sens et l'oubli.

Quoi qu'on en dise, c'est bien souvent son statut.

 

Certes, nous avons tous plus ou moins accepté l'idée qu'elle avait un sens,

que "l'interprétation des rêves est la voie royale

pour parvenir à la connaissance de l'âme".

Mais ce qui est accepté là, c'est  un emploi thérapeutique, exceptionnel

et soumis à un cadre plus vaste - thérapie, relation d'aide, etc...

 

  rêve    

Se réconcilier avec le rêve


Rares sont les êtres qui restent en liaison intime avec leur vie nocturne,

qui en profitent pour enrichir leur créativité.

Profondes sont les empreintes du mépris

dont les rêves souffrent depuis quelques siècles,

fruit d'une lecture étroite du rationalisme oublieuse du rêve fondateur

ou des témoignages de nombreux artistes et savants

- tel le chimiste allemand, voyant en rêve

une forme serpentine qui lui inspira la formule chimique du benzène.

 

 rêve 10

 

De nombreux conseils pratiques te sont proposés pour te réconcilier avec tes rêves.

Iras-tu jusqu'à envisager l'hypothèse qu'ils puissent te servir de source d'inspiration ?

Inspiration, je ne sais pas, mais il est vrai qu'il m'est arrivé

de quitter le travail avec un "problème" et de le "résoudre" pendant la nuit...

Toutes les civilisations exceptée la nôtre s'entendent pour leur accorder ce rôle privilégié. 

 

Toutes s'entendent également pour établir une distinction

entre le rêve "intuitif" et "celui qui ne veut rien dire" (le Talmud),

oneiros et enuption (Artémidore), visio et somnium (Macrobe),

songe et rêve (les poètes romantiques),

rêves normaux et "rêves trésors" (les Milam Ter du bouddhisme tibétain).

 

La psychanalyse en convient et la science s'en approche

(...) 

rêve 7    

 

Remarque au passage que,

pour les Grecs comme dans la plupart des langues excepté le français,

on voit ou on a un rêve, on ne le fait pas.

L'idée que le rêve vient d'ailleurs n'est jamais très loin.

Reste à savoir où réside cet ailleurs et ce qu'il peut te dire.

Une question qui revient à définir ta conception du monde !

 

La mienne, tu commences à t'en douter me pousse

à t'inviter à l'ouverture et à la curiosité :

monde-autre, Dieu, inconscient

ou agencement électrochimique cérébral,

toutes les sources accordées au rêve ont leur intérêt, y compris pratique.

Texte trouvé ici

"Jeu du Tao"

. 

Repost 0
Published by La Licorne - dans Conseils pratiques
commenter cet article
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 14:09

rêve 8

 

Les petits rêves quotidiens


Les petits rêves ne sont pas sans importance,

s’ils sont petits c’est aussi que nous vivons de petites choses.

Notre quotidien n’est pas de penser en permanence

à notre personnalité refoulée, à nos conflits intérieurs, à la mort.

Heureusement d’ailleurs !

Notre vie de tous les jours comporte de nombreuses obligations matérielles

et nous oblige à des relations humaines, professionnelles notamment.

A partir de là, il n’y a rien d’étonnant à rencontrer dans nos songes

des problèmes d’argent, des difficultés pour accomplir notre tâche,

pour rendre à l’heure un travail important...

En fait, les activités qui nous demandent le plus d’énergie

dans la vie quotidienne se retrouveront durant la nuit.

Rêves de mise au point (voilà où on en est),

d’avertissement (voilà où cela va nous mener),

ils permettent dans tous les cas de nous éclairer sur ces petits riens

qui constituent cependant le tout de notre existence quotidienne.

Analysés, ils peuvent permettre de mieux gérer ces affaires courantes.

 

Magritte-Magic

 

Les grands rêves quotidiens

 

Moins nombreux, ces rêves utilisent le quotidien du dormeur

mais y associent des symboles

pour traiter de l’évolution de notre personnalité intérieure,

de nos complexes, de leurs origines.

C’est l’interprétation de ces rêves qui demande

d’avoir recours aux notions de psychologie...

Le phénomène de projection est alors dirigé vers des inconnus,

des personnages symboliques, des personnes célèbres.

Les conflits intérieurs résultant de notre développement apparaissent...

Notre Ombre se dévoile et notre animus (ou anima selon les cas)

apparaît positivement ou négativement.

La signification de ces rêves nous éclaire profondément

car ils sont la résultante du travail de l’inconscient

qui recherche l’accomplissement personnel et profond

de la personne concernée.

 

 

royaume perdu arbre

Les grands rêves

Ils sont rares et merveilleux.

Il est rare que l’on ne trouve pas quelqu’un à qui raconter

dans la journée qui suit, un grand rêve,

son scénario incroyable et incompréhensible.

Et comme un grand rêve dégage une énorme énergie

et se réfère à des notions universelles,

l’auditeur sera facilement conquis par son caractère exceptionnel.

Les paysages sont immenses, les impressions très fortes,

les plus grands symboles s’accumulent avec une netteté étonnante.

Si l’on ne sait déchiffrer ces symboles le scénario reste opaque,

cependant l’énergie qui ressort de ces images puissantes

ne s’effacera pas avant longtemps.

Des années après, on peut se souvenir d’un tel songe.

.

Texte trouvé ici

.

Repost 0
Published by La Licorne - dans Conseils pratiques
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 17:24

 

Eh oui...ne soyez pas surpris par la photo...

Après tous ces rêves numineux et archétypiques,

après ces "envols vers les hauteurs",

j'ai pensé qu'un retour aux réalités "triviales" s'imposait...

 

visiteurs-en-amerique-1.jpg

 

Je suppose que vous connaissez le film "Les visiteurs", film qui eut un certain succès (comique) il y a vingt ans.

 

Dans ce film, deux personnages hauts en couleurs, le comte Godefroy de Montmirail et son valet Jacquouille, quittent, à cause d'un sortilège, le Moyen-Âge et "atterrissent" dans notre époque. Plongés dans la vie actuelle, ils sont bien sûr abasourdis par tout ce qu'ils voient... et tous les objets courants du vingtième siècle leur paraissent extrêmement étranges .

Ainsi, à peine arrivés, ils commencent par démolir une automobile (une "chariotte" disent-ils) qu'ils prennent pour un objet diabolique...

Dans une autre scène désopilante, on les voit découvrir les toilettes "modernes"...et comme ils ne pouvent pas comprendre l'usage de la cuvette des WC... on les voit s'en servir immédiatement... pour se désaltérer et se laver.

(Vous pouvez visionner la scène en question  ici )

 

Pourquoi est-ce que je vous raconte ce film ? Eh bien, parce que je crois sincèrement que nous sommes des "visiteurs" de l'inconscient...et que face à celui-ci, nous nous comportons exactement de la même façon !

 

Je m'explique : le contenu de l'inconscient est l'inconnu. Il est ce dont notre conscient n'a aucune idée. Les rêves nous font faire une incursion dans cet inconnu et tentent de nous en communiquer une bribe de la façon la plus "claire" possible...en utilisant un langage imagé qui peut nous mettre sur la voie. L'inconscient se trouve donc, face à notre conscient, plus ou moins dans la situation d'une personne du 20ème ou 21ème siècle qui voudrait "expliquer" un objet inconnu à quelqu'un qui, venant du Moyen-Âge, n'en aurait aucune "représentation".

 

Mais, malheureusement, nous et notre mental, sommes affublés d'une fâcheuse tendance : celle de tout "ramener" à ce que nous connaissons déjà. Donc, face à une image qui vient de l'inconscient, nous allons presque toujours essayer de la faire "rentrer" dans nos catégories connues.

Si l'inconscient veut nous parler de "WC" (d'une notion étrangère à notre conscient)... nous disons tout de suite: "Ah, mais oui, je connais, c'est une cuvette d'eau..." (concept familier).

Et plouf ! ...nous nous retrouvons à "barboter"...dans le trop connu. 

 

Je crois donc qu'il est important d'en prendre conscience ...afin qu'au lieu de "réduire" le message de l'inconscient à des choses ou des faits déjà connus, nous arrivions peu à peu, lentement... à comprendre le "plus" qui nous est donné là...ce "plus", ce "tout nouveau"  pouvant ensuite venir "élargir" notre conscient...

 

Je dirais que la seule façon de "découvrir" de quoi il s'agit vraiment est :

- premièrement, d'accepter le fait, que, selon toute probabilité, nous ne le "savons" pas encore...

- deuxièmement, de ne pas se précipiter et d'observer le plus longtemps possible l'objet "sous toutes ses facettes"...(peut-être alors, découvrirons-nous le "tuyau" ou le "bouton"...qui fait la différence avec une "simple" cuvette et qui nous mettra sur la voie) ...

- troisièmement, d'avoir la patience d'attendre...de plus amples informations...car il est rare qu'un autre rêve ou une lecture ou une synchronicité ne vienne pas, tôt ou tard, nous éclairer.

 

C'est pourquoi je prône personnellement une "méthode" d'interprétation faite d'examen attentif, de patience et de circonspection...et c'est aussi la raison pour laquelle j'insiste autant, vous l'aurez remarqué, sur l'idée d'inconscient "mystérieux" et "inconnu"...

 

les-visiteurs-2.jpg

 

"Visiteurs et visiteuses de l'inconscient", vous qui fréquentez ce blog, que vous soyez nobles ou rustres...gentes dames, messires, damoiseaux ou fillottes...laissez-moi vous saluer bien bas et vous souhaiter à tous et à toutes... de beaux rêves...c'est-à-dire de beaux voyages...en terre inconnue  ! 

.

La Licorne

(tout droit sortie du Moyen-Âge, elle aussi !)

.

 

Repost 0
Published by La Licorne - dans Conseils pratiques
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 13:07

chemin montagne

 

...il faut le redire une fois encore : le grand rêve, le rêve archétypique, le rêve de totalité, vient souvent au début de l'itinéraire : c'est une vue d'ensemble.


Ainsi cette personne qui a rêvé de renaissance nous a envoyé d'autres rêves six mois après. Ce sont des songes où sa vie quotidienne est en cause d'une façon très concrète : des problèmes de ménage, de relation avec l'homme, etc.


Alors, je reprendrai une fois de plus l'image, que d'autres ont utilisée avant moi, de l'ascension en montagne. D'abord le paysage se déploie, on voit la cime vers laquelle on se dirige et puis, dès qu'on se met en route, on ne voit plus que les cailloux, les quelques mètres qui suivent et la crevasse à franchir.


Cela se passe souvent ainsi à l'intérieur et c'est pourquoi les personnes qui s'intéressent à leurs rêves ne doivent pas trop s'attacher au côté pittoresque, esthétique, grandiose du rêve, ni se décourager si leurs rêves se contentent pendant un temps, de rectifier leur vie de tous les jours. Souvent le rêve le plus enrichissant est celui qu'on aurait tendance à laisser de côté, parce que, justement, il est pauvre, quelconque et humiliant. J'ai travaillé avec quelqu'un qui "écrémait" ses rêves : je ne m'en suis pas aperçu tout de suite, et la conséquence était qu'il stagnait, qu'il piétinait.

- Il ne vous parlait pas des rêves qu'il ne jugeait pas racontables ?

- Tout ce qui n'était pas digne de lui était mis de côté. Finalement, on ne faisait rien de bon, puisque l'oeuvre intérieure est la transmutation et que la transmutation, c'est de faire sortir la lumière de l'ombre.

Cela ne veut pas dire que si vous avez une vision extraordinaire, vous n'en serez pas secoué et peut-être marqué pour toute la vie : c'est du surhumain, qu'il faut réussir à intégrer dans la vie concrète.

Mais pour cela, il faut prendre aussi tout ce qui nous assaille comme problèmes pratiques : le travail, l'adaptation à l'entourage, le passé familial ou sentimental, les petits défauts qui m'humilient et que j'essaie de passer sous silence le plus possible. C'est finalement la porte étroite par lequel passera l'immense, le surhumain, l'ange ou le dieu, et par laquelle il pourra venir s'incarner.

.

Etienne Perrot

"Les rêves et la vie"

.

Repost 0
Published by La Licorne - dans Conseils pratiques
commenter cet article
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 09:42

rêves bribes

 

Certaines personnes disent n'avoir aucun rêve...et s'en désolent. Où est caché pour elles l'accès à la voie des profondeurs ? La porte s'en déroberait-elle définitivement ? Je ne crois pas. Si l'on n'a "pas de rêve", c'est parfois que la recherche intérieure ne constitue pas en réalité la préoccupation principale du moment.

 

C'est souvent le cas dans la première moitié de la vie, où il est nécessaire de construire sa vie, amoureuse, professionnelle, où il faut savoir nouer des relations avec les autres et quitter ses parents pour cela. Et l'énergie va alors majoritairement dans cette direction. 


 

C'est un temps et il est tout à fait essentiel et légitime de consacrer ses forces à cette réalisation.

 

Dans la seconde partie de l'existence, par contre, la priorité devrait être donnée à l'introspection, à la découverte de soi-même, à la rencontre avec les côtés inconscients de son être, faute de quoi tout ce qu'il y a de non travaillé, de "non réconcilié" en soi, empêchera de vivre harmonieusement. Dans ce chemin vers l'intériorité, les rêves sont des jalons précieux. Il faut donc les considérer comme tels ! Et ce n'est pas toujours le cas. Beaucoup disent "Je n'ai pas de rêve", mais ils font en réalité preuve d'un grand mépris pour les rêves qui leur sont donnés, les jugeant "trop petits".


 

Même la plus petite image, la plus simple, même les rêves qui semblent n'être que des redites de la vie consciente , ont de l'importance et méritent d'être considérés et notés en bonne place dans l'indispensable cahier de rêves. Ainsi s'exprime l'intérêt que nous portons à notre monde intérieur. C'est en quelque sorte le signal que nous donnons pour que s'établisse vraiment la relation entre nous et notre inconscient. Alors, s'inaugure le chemin, comme s'il se créait sous nos pas !


Il peut y avoir une très grande force symbolique pour nous dans une image très simple. Si nous négligeons un rêve sous le prétexte qu'il n'est pas un "grand rêve", nous passons peut-être à côté d'un enseignement essentiel. (...)

 

Recueillir ses rêves au matin, quels qu'ils soient, est comme le geste de certains peuples des déserts : il faut récupérer la rosée qui s'est déposée pendant la nuit sur les feuilles, aucune goutte ne doit être négligée afin de pouvoir combler notre soif. De même, noter la moindre "bribe" de rêve, c'est nous donner la chance de combler notre soif intérieure.

.

Pierre Trigano et Agnès Vincent

"Le sel des rêves"

.

Repost 0
Published by La Licorne - dans Conseils pratiques
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 15:40

ÉcrireOn a toujours avantage à noter ses rêves. C'est une habitude à prendre. Faute de quoi, on en oublie au moins quatre-vingt-dix pour cent et on ne peut faire des recoupements. Certains rêves sont reliés entre eux à plusieurs nuits d'intervalle. Leur enchaînement est très éclairant pour leur compréhension.

 

L'écriture des rêves nous permet, en outre, d'obtenir le recul nécessaire à leur interprétation. Les rêves "trop frais" exercent facilement un pouvoir de fascination qui entrave leur décodage. Leurs images doivent se décanter. leur sens réel nous apparaît nettement parfois longtemps après leur venue. Acteurs de nos rêves, il nous arrive d'avoir du mal à en devenir les spectateurs. La forme écrite confère aux rêves l'objectivation nécessaire à leur étude.

 

On peut s'astreindre à n'écrire que les grands rêves. Mais comment les distinguer des autres ?

 

"Il y a un moyen très simple pour savoir s'il s'est agi d'un grand rêve pendant la nuit : il y a en nous comme une obligation de le raconter à autrui"." (Ernst Aeppli)

 

Les grands rêves se produisent quand l'inconscient veut à tout prix nous rejoindre. Il est important de les comprendre. Ils font sur nous une vive impression et nous en gardons la mémoire pendant de nombreuses années. Il est bon de les noter pour en consigner tous les détails, qui, eux, s'effacent à la longue.

 

On a intérêt à titrer ses rêves. En plus d'en faciliter le repérage, cette pratique en fait ressortir l'essentiel. Enfin, il est utile de mentionner la date et le jour des rêves ainsi que les événements quotidiens qui suivent les rêves.

.

Laurent Lachance

"Les rêves ne mentent pas"

.

Repost 0
Published by La Licorne - dans Conseils pratiques
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 00:44

Capteur de rêves

 

Le "capteur de rêves" ou "attrape-songes" était utilisé par les indiens d'Amérique.


Il a la forme d'un cerceau de bois recouvert d'un filet disposé en toile d'araignée, auquel on ajoute des plumes et parfois des perles.


Le capteur se suspend dans la pièce où quelqu'un dort, par exemple un bébé.


Il attire les rêves qui circulent. Les bons rêves connaissent la voie et passent à travers l'ouverture du filet pour glisser jusqu'au dormeur qui pourra les poursuivre à son réveil.


Les mauvais rêves ne sachant où aller s'empêtrent dans le filet, où ils restent prisonniers avant d'être détruits par les lueurs du jour.


Les rêves, qui occupaient une place centrale dans l'univers spirituel des indiens d'Amérique du Nord, étaient le principal procédé de communication avec le monde invisible.


.

(pour plus de renseignements , cliquer sur les liens, au début du texte)

.

La Licorne


 

 

 


Repost 0
Published by La Licorne - dans Conseils pratiques
commenter cet article