Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : GRANDS REVES
  • : Ce blog se veut un lieu où partager au sujet des rêves et plus particulièrement des "grands rêves"... il se propose de recueillir ces derniers, d'en faire la collecte...Pour déposer un rêve, cliquez sur "contact" ci-dessous ou envoyez-le à undeuxtrois4@orange.fr Merci. ATTENTION : LE BLOG A DEMENAGE EN 2015
  • Contact

Profil

  • La Licorne
  • Autre blog (photos et citations) :
www.fabulo.blogspot.com
  • Autre blog (photos et citations) : www.fabulo.blogspot.com

Quelques précisions

Se pencher sur les "grands rêves"...drôle d'idée ? Pour quoi faire ? Pour se vanter d'avoir eu un rêve exceptionnel ? Non...surtout pas.

Mais plutôt pour retrouver parmi nous, gens soi-disant "civilisés" du 21 ème siècle, un peu de cette sagesse ancienne qui consiste à ne pas garder pour soi ce qui nous est "tombé du ciel" (ou du Soi)...

Chaque matin, les amérindiens commençaient leur journée en se racontant leurs rêves de la nuit...et ils avaient sans doute bien raison. Ils en tiraient de grands enseignements pour leur vie.

On dit qu'un rêve non recueilli, non interprété, est comme une lettre qu'on a reçue et qu'on n'a pas ouverte...Ouvrons donc ensemble notre "courrier" des profondeurs...et partageons les nouvelles !

Recherche

L'or des rêves

DSCF3866

Souviens-toi de tes rêves,

observe-les comme un territoire inconnu

car ils viennent des profondeurs de toi-même,

porteurs d'un conseil, d'un message

ou d'un avertissement.

.

Les rêves spirituels se distinguent

des rêves ordinaires

par l'intensité de leurs couleurs

et la force de l'émotion,

comme l'or se distingue du métal vulgaire.

Ils viennent dans un esprit

capable d'émerveillement,

qui regarde à l'intérieur de lui-même.

.

Sers-toi des rêves pour guérir, aimer

ou soulager ceux qui souffrent.

.

Sagesse amérindienne

.

Archives

Visiteurs

Carte

Map

 

Blogs Ou Sites À Visiter

3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 17:22

 

La première chose que l'on peut dire à propos du rêve 23 proposé par Mingingi, c'est que c'est un rêve qui "enchante"... un rêve qui nous ramène au pays des rois et des princesses, dans un univers en partie moyen-âgeux, en partie intemporel.

Nous sommes, de toute évidence, au pays du "merveilleux", au pays des contes...

(ce qui indique, sans doute, que la rêveuse a gardé sa capacité d'"émerveillement", qu'elle n'a pas perdu cette qualité de l'enfance).

 

Il-était-une-fois1 

 

Or, les contes sont des histoires qui se perdent dans le temps : après avoir été véhiculés par des centaines et des milliers de voix au cours des siècles, ils ont fini, à force de remaniements, par "s'imprégner" peu à peu de la mentalité collective, par en être un fidèle reflet.

Ils sont en quelque sorte les "rêves ou mythes du collectif",  les récits imagés qui peuvent parler à tous parce qu'ils nous viennent, non de l'inconscient personnel d'un conteur ou d'un auteur, mais de l'imagination collective et donc de l'inconscient collectif...

Voilà pourquoi, on peut soupçonner que "La jeune fille et le roi", en forme de conte, est un "Grand Rêve" , c'est-à-dire un rêve qui n'est pas que personnel et qui peut "parler" à d'autres personnes que la rêveuse...

 

Dans les contes, les personnages n'ont que peu ou pas de caractéristiques personnelles, ce sont en général des Archétypes.

Il en est de même dans ce rêve (il y a Le Roi, La Jeune fille et Le Garde...on ne connaît ni leurs prénoms, ni leurs traits de caractères ...).

 

Marie-Louise Von Franz qui a étudié de nombreux contes, dans l'optique de la psychologie jungienne, disait que le "Roi" y représente en général le "Principe règnant". C'est donc le Principe (en passant, remarquez que le mot a la même étymologie que "Prince"...) qui est adopté par la majorité des gens à une époque donnée.

Il est ici Masculin, ce qui est logique étant donné que nous vivons depuis des siècles et même des millénaires... dans une société patriarcale, une société dans lequel le Principe Masculin est considéré comme supérieur au Principe Féminin.

 

Quant à la jeune fille, on peut imaginer qu'elle représente, elle, justement ce Principe Féminin...celui qui ne "règne" pas, celui qui n'a pas le "pouvoir".

Dans le rêve , elle doit se rendre devant le Roi pour lui livrer une  "phrase ultime"...une phrase-clé.

Et voilà ce qu'elle lui dit : "Je veux tout, Sire, c'est-à-dire rien".


Merveilleuse phrase, à laquelle, cependant, il semble que le Roi ne comprenne rien !

A quoi reconnaît-on que cette phrase est une phrase-clé,    une phrase qui livre un des secrets de la vie ?

Comment savoir si elle renferme une profonde vérité ?

Eh bien, c'est qu'elle est...paradoxale.

Toutes les "grandes vérités" sont paradoxales...c'est à cela qu'on les reconnaît.

Par exemple, tous les mystiques décrivant Dieu ou le Divin énoncent des paradoxes :  ils disent qu'il est à la fois la Plénitude et la Vacuité, la Toute-Puissance et l'Extrême Fragilité, une Omniprésence et une pure Absence, la Trancendance et l'Immanence, le Très-Haut et le Très-Bas...etc. C'est un trait commun à tous les énoncés qui touchent à la profondeur du réel...

 

"Je veux tout, c'est-à-dire rien." s'inscrit donc bien dans la lignée des phrases essentielles qui, tentent, par les mots, de dire ce qui est, au fond, inaccessible au langage.

 

Sigmund Freud 1926    

 

On peut aussi penser, en l'écoutant, à la fameuse interrogation de Freud :

« La grande question restée sans réponse et à laquelle moi-même je n’ai pas pu répondre malgré mes trente années d’études de l’âme féminine est la suivante : Que veut la femme ? » disait-il , il y a un siècle...

Eh oui, "Que veut la Femme ?", c'est une vraie question...

Que recherche-t-elle vraiment, au fond, elle qui est sous l'emprise de ce Principe féminin, si différent du Principe Masculin...?

Il faut bien dire que les hommes ne l'ont jamais tout à fait compris...et Freud en tête qui l'affublait d'un "désir de pénis" montrant bien, par là, qu'il ne voyait le Féminin qu'en "creux"... il le voyait comme un '"manque"... sans en saisir l'essence véritable...

 

Le rêve y répond d'une façon géniale : la femme (ou plutôt  le Principe Féminin en elle) veut TOUT...et ce TOUT, ce n'est RIEN...c'est-à-dire rien de tangible...rien de matériel, rien qu'on ne puisse "toucher" ou "posséder"...

 

Le Principe Féminin veut effectivement le "Tout" de la vie : ce qu'il poursuit sans trêve, c'est l'Intensité et la Joie, le Bonheur et l'Amour...ces dons intangibles mais infiniment précieux. 

Le Désir du Féminin est en rapport avec l'Etre (et non l'Avoir).

Le Féminin veut vivre la Vie avec passion et dans sa Totalité.

 

La phrase apportée par la jeune fille est donc très précieuse, elle aussi...et même si elle n'est pas directement accessible, elle peut parler à un coeur sincère qui cherche la vérité. Elle peut parler à celui qui prend le temps de l'accueillir et de la méditer.

 

Roi-trone.jpg

 

Comment est-elle reçue par le Roi, le Principe Masculin dominant...?


Eh bien, elle est reçue avec déception...ce n'est pas du tout cela que le Roi attendait...Sans doute, pour lui, n'est-ce pas assez "clair"...trop éloigné de sa façon habituelle de penser...

En tant que "Principe règnant" dans la société, il est matérialiste, rationnel (cartésien ?  ;-) ) et ne donne d'importance qu'à ce qu'il peut voir et comprendre avec son intelligence, sa raison ...

Manifestement, ce genre de subtilité le dépasse...il ne peut rien en "faire" !

 

Il rejette donc  "et la phrase, et la jeune fille"...qu'il renvoie sous la surveillance de son "garde".

 

visage caché

 

Que représente ce "garde" ?

Peut-être le "gardien de l'ordre établi"...

Mais, avec sa capuche et son visage dissimulé, on peut aussi imaginer qu'il est une figure d'"ombre"...

L'Ombre, ce côté obscur de la personnalité, dont on ne connaît jamais complètement les "traits"...

Il serait donc l'ombre du Roi (et de la Conscience collective)...ce qu'il n'a pas "reconnu"... son double obscur...

 

La rêveuse signale d'ailleurs qu'elle pressent une sorte de "lien caché" entre la jeune fille et le garde...ce qui peut se comprendre si l'on admet que le Principe Féminin , lui-même "non-reconnu" à sa juste valeur dans la société, est en lien avec "l'ombre" de celle-ci...

On ne sait trop ce que le garde doit faire de la jeune fille...ni où il l'emmène...peut-être va-t-il l'emprisonner...ou l'emmener au bûcher...on ne sait pas. Mais les voilà qui traversent tous deux la foule...et cette foule, pressentant le pire, manifeste sa tristesse en pleurant...

A ce moment-là, la jeune fille va-t-elle à la mort...ou vers un "éveil" ? (comme le pense la rêveuse).

J'aurais tendance à penser qu'elle va ...vers les deux !

Car elle va vers une transformation, vers une initiation...qui est, d'une certaine façon, une "petite mort"...une mort à ce qu'elle était auparavant, mort qui mène ensuite à une "renaissance"...

 

Elle "quitte" la mentalité collective représentée par le Roi... elle est rejetée, incomprise, mais elle avance (remarquons qu'elle marche devant le garde...et non derrière !), elle poursuit son chemin...et, sous ses pas, "le sol se couvre d'or"...

 

chemin-d-or.jpg

 

Cet "or" qui apparaît...indique qu'il s'agit là d'un rêve qu'on peut classer dans la catégorie des "rêves alchimiques" (chers à Etienne Perrot, voir son livre "Les rêves et la vie").

Les rêves alchimiques sont des rêves de transformation...et même de transmutation...L'alchimie parle de rechercher le plus "précieux" dans le plus "vil"...le plus "brillant" dans ce qui rebute, dans ce qui est "rejeté"...par tous.

Or, c'est bien là, ce qui est "rejeté" (dans l'ombre..) qui mène à l'or, à la "vraie richesse" ("richesse intérieure", fruit d'un long travail sur soi...).

Le sol (on pourrait presque imaginer la "boue" du sol...mouillée par les larmes de la foule...) se transforme en "matière précieuse", en or inaltérable, incorruptible...

 

On pense alors à tous ces contes dans lesquels une jeune fille (souvent humiliée par sa famille qui ne la comprend pas et la traite comme une esclave...) finit, après avoir fait preuve sur son parcours de qualités très "féminines" (patience, humilité , compassion) par trouver un "trésor" ou un "riche mariage"...

Dans d'autres contes, il arrive que des pièces d'or ou des diamants se mettent à sortir , comme par miracle, de sa bouche...

C'est un peu toujours la même histoire : les difficultés, le rejet, l'incompréhension...puis, à force de foi en la vie, d'humilité et de persévérance, la "transformation finale"...et la vraie richesse...celle qui ne passe pas, celle qui rend "heureux"...

 

 femme-marchant

 

Ici, c'est le sol sous ses pieds qui se transforme...comme pour montrer que c'est le "chemin parcouru" qui est important...on pourrait aussi se dire qu'il s'agit d'une transformation très "concrète" (terre = matière) : elle laisse , là où elle passe, comme une "traînée de lumière" (l'or est en rapport avec la lumière solaire), comme une trace "éternelle"...

On pourrait dire qu'elle "transforme le monde autour d'elle" , par la magie de son Etre...de ce qu'elle EST, de ce qu'elle "rayonne"...

 

Voyant cela, le garde est surpris ... et le Roi, s'aperçevant alors de son erreur, comprend qu'il a manqué de discernement et veut la rappeler ...mais elle continue son chemin...

Le "retour en arrière" n'est pas possible...elle continue sur sa voie...(vers l'Eveil ?).

 

En fait, il est probable que retourner vers le Roi l'intéresse assez peu...car ce qu'elle recherche n'est pas "règner"...(pourtant, on peut remarquer au passage que l'or est un attribut "royal"). Le plus souvent, ce qui satisfait le Féminin n'est pas d'avoir la position "dominante"...mais c'est de se réaliser "intérieurement"...

Ce qui importe à la jeune fille n'est pas le "Faire", l'"Avoir" ou Le "Pouvoir", les "valeurs d'apparence" (elle les laisse derrière elle sans regret, elle n'y "revient" pas),  ce qui lui importe, c'est l'authenticité, la "Qualité d'Etre" qu'elle peut atteindre.

(Ainsi, dans le conte du magicien d'Oz, Dorothy, l'héroïne, suit aussi, tout au long de l'histoire, une "route pavée d'or" qui l'emmène vers un château et une cité d'émeraude...symbole du Soi et de l'accomplissement spirituel)

 

A la fin de cette histoire, le Principe Masculin a sans doute manqué une excellente occasion de comprendre  le Principe Féminin...et de s'adjoindre son intuition naturelle de ce qui est "essentiel".

La jeune fille (Principe Féminin), elle, a réussi à surmonter le rejet qu'elle a subi et à transmuter ses difficultés en une véritable Richesse intérieure...ainsi qu'à transformer un peu le monde qui l'entoure...en quelque chose de plus beau...

Bien qu'elle soit "menacée de mort" et "sous bonne garde", elle est sur la voie de l'accomplissement. (ou de l'Eveil)...et de la véritable "Royauté", celle qui ne "passe pas"...

 

Voilà donc un rêve qui méritait bien, je trouve, d'être examiné...

Merci Mingingi : je crois que ce rêve, c'est vraiment un "rêve qui conte" ! 

 

La Licorne

 

P-S :  1) Tout le monde n'étant pas familier avec la psychologie jungienne, je tiens quand même à rappeler que, pour Jung, nous avons tous une partie masculine ET une partie féminine.

Même si le Principe Féminin est plus présent , normalement,  chez une femme, elle est concernée A LA FOIS par l'attitude du Roi et celle de la jeune fille...ces deux "attitudes" se côtoient et s'affrontent en elle...et en chacun de nous...

Mon propos n'est donc pas sexiste... ;-), ne vous méprenez pas !

Je ne fais que décrire la façon dont ces deux Archétypes interagissent (à la fois à l'intérieur d'une personne et à l'intérieur de la société).

 

2) Il faut préciser, pour être tout à fait exact, que ce "rêve" n'est  pas un "rêve nocturne" mais un rêve semi-éveillé, une sorte de "vision" que la rêveuse a eue en plein jour qu'elle était en train de lire un livre...(lire rectificatif de la rêveuse dans les commentaires) ...je l'ai néanmoins étudié comme un rêve normal car il me semble que ce récit en a les caractéristiques symboliques...  

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Semi-éveillé je ne crois pas que ce soit le mot, ce que j'ai voulu dire c'est que c'est un rêve fait le jour, j'ai voulu apporter la précision car je ne savait pas si pour les passionnés de rêves
cela à une importance ou pas, mais je dormais c'est sûr, par contre généralement quand je m'endors le jour je me souviens que j'ai rêvé mais je me souviens rarement du contenu du rêve, pour moi
c'est en ça que ce rêve est étonnant, je m'en souviens !
Répondre
L


OK, Mingingi. J'avais lu un peu vite, la première fois...et pas su si c'était un rêve ou une sorte de "vision"...c'est pourquoi j'ai repris ta phrase exacte dans les commentaires...


C'est donc un rêve fait pendant une sieste...personnellement, j'en ai noté plusieurs faits dans ces conditions-là...et je n'ai pas vraiment remarqué de différences avec les "rêves de nuit"...A
partir du moment où l'on dort et où l'on  est "inconscient", pour moi, c'est un rêve...normal.


Mais comme la sieste est plus courte, le réveil a lieu peu après...il est donc normal qu'on s'en souvienne plus facilement...



F
Très intéressant tout cela.
Je suis intéressée par un approfondissement des différences entre un rêve de nuit et un rêve d'un sommeil soudain et rapide, car je me souviens avoir fait des rêves dans des conditions similaires
(endormissement rapide et bref lors d'un repos assise au soleil) dont la teneur me semblait bien différentes des rêves habituels.
Répondre
A
Bonjour,

« Il faut préciser, pour être tout à fait exact, que ce "rêve" n'est pas un "rêve nocturne" mais un rêve semi-éveillé, une sorte de "vision" que la rêveuse a eue en plein jour alors qu'elle était
en train de lire un livre...je l'ai néanmoins étudiée comme un rêve car il me semble que ce récit en a les caractéristiques symboliques... », nous dis-tu, La Licorne.

Je te remercie de le préciser car cela me paraît juste et, de plus, cela correspond à un commentaire que j’avais mis en attente depuis la parution sur Grands rêves de ce récit d’imagination ou
vision semi-éveillée. Voici le commentaire que j’avais noté en attente de plus d’information :
" Je me pose une question qui, je l’espère, ne choquera pas Mingigi : s’agit-il bien du récit d’un rêve reçu dans le sommeil ou s’agit-il d’une imagination survenue hors du sommeil véritable, c’est
à dire dans un état de veille plus ou moins net ?"

Il ne s’agit donc pas à proprement parler d’un rêve mais d’une vision ou imagination semi-éveillée. Faut-il la prendre comme imaginatio vera ou comme imaginatio fantastica (fantasme)... ?

Ton commentaire est, quoi qu’il en soit, très intéressant. :-)
Répondre
L


Voilà ce que dit exactement Mingingi à propos de son "reve" : "...c'est un "rêve de jour", que j'ai fait en piquant du nez un après-midi en lisant un bouquin..."


Elle seule peut dire à quel "degré d'endormissement" cela correspondait... :-)


 



M
La Licorne... je suis éblouie par ton travail autour de mon rêve, c'est absolument passionnant, riche en enseignements, grâce à toi j'apprends beaucoup et sur les rêves et sur les contes, de plus
je trouve le choix des photos et la mise en forme des textes superbes ! Merci beaucoup pour la lumière apportée sur ce rêve... Je vais te relire encore et encore, mais une chose me reviens ou
m'interpelle en te lisant je dirais que le roi à l'impression que la jeune fille se moque de lui avec sa phrase...
Répondre
L


Merci Mingingi...n'hésite pas à apporter des renseignements supplémentaires ou des précisions...car interpréter le rêve de quelqu'un d'autre, c'est un exercice de haute voltige, on a toujours le
risque de "projeter" des choses de soi-même qui n'appartiennent pas à l'autre...c'est le danger de l'exercice...


Et puis, comme ce n'est pas moi qui ai fait le rêve, je ne peux pas savoir quelles émotions ou ressentis tu avais face aux images...Ces "ressentis" sont très importants pour ne pas faire fausse
route...


 


Ainsi, c'est important de savoir que le roi a l'impression qu'on se "moque de lui"...cela veut bien dire qu'il s'agit plus d'une "incompréhension" que d'un rejet de ce que la jeune fille lui
dit...


 


Hier soir, j'ai fait un "premier jet"...mais la nuit portant conseil, je l'ai pas mal corrigé ce matin...(je n'ai pas tout changé, mais j'ai apporté beaucoup de nuances)...je t'invite donc à
relire...la nouvelle version !


(écrite sans avoir encore lu ton commentaire)


 


Très bonne journée à toi !